L’intérêt de voyager en camping-car, c’est le bivouac, c’est à dire dormir dans la nature, sans infrastructure particulière, en toute autonomie. Ca n’est pas possible partout, et, parfois, il faut se résoudre à fréquenter un camping ou une aire qui permet de refaire le plein d’eau, vider les eaux grises et noires et faire une lessive si possible. Quoique les lessives en ce moment, c’est inutile, on passe nos journées en maillot de bain.

Nous en sommes à notre troisième bivouac d’affilé, en bord de mer, et c’est une perle rare. Nous avons une application de type crowd-sourcing (comprenez par là renseigné par les utilisateurs) qui nous aide bien, et parfois, c’est le coup de bol qui fait qu’on trouve un coin sympa.