Nous avions hâte de retourner sur ce que je qualifierais de la plus belle plage d’Espagne, j’ai nommé Percheles et ses alignements de Palmiers avec le désert tout autour. Cette belle plage de sable en demi-lune nous avaient accueillis l’année dernière avec Fly et Vénus, sans difficulté.

Mais il fallait s’y attendre, cette année, le panneau « Perros No » figure en évidence à l’entrée. En revanche, tout au long de la route qui mène à Percheles, nous sommes invités à suivre le panneau « Playa dog friendly » affichant de jolis toutous contents de se rouler dans le sable et de bronzer sur une serviette. Jusqu’au bout, j’ai cru et espéré que ce soit Percheles, mais le panneau mène sur la gauche au dernier moment et là, j’hallucine ! Une plage pire que moche, impraticable sans finir chez le véto et aux urgences vue la taille des galets, et mieux encore : une déchèterie à ciel ouvert. Il n’y a pas un mètre carré de ce qu’on pourrait eut-être appeler une plage sans détritus en tous genres. Le plus comique est quand même le panneau que je vais traduire parce que, vu le contexte, ça a de quoi surprendre :

« Les chiens potentiellement dangereux doivent être muselés. Les excréments doivent être ramassés et jetés dans la poubelle. Les propriétaires sont responsables de tout dommage causé par leur animal. Les propriétaires doivent être en possession des papiers de l’animal en règle (passeport vétérinaire et carte d’identification). Ne dérangez pas les autres usagers. Le non respect de ces règles peut engendrer une amende de …. »

DSCF2179 DSCF2180 DSCF2181

 

 

Pas un mot sur le respect de la propreté en dehors des horreurs que pourraient laisser les chiens. Alors je suppose que les horreurs des humains sont tolérées, que tout le monde s’en fout parce que c’est la plage des chiens et de leurs maîtres qui doivent forcément être des pestiférés. Et pourtant, sur cette plage, il n’y a pas grande monde, mais il n’y a pas que des propriétaires de chiens. Alors à qui sont les déchets ?

Je marche un peu et trouve un endroit où les chiens peuvent aborder la plage sans se casser une patte, on se baigne parce qu’il fait super chaud et que, contrairement à la plage, l’eau est propre.

On retourne sur Percheles pour qu’Olivier puisse aller plonger sur les fonds rocailleux. Pendant qu’il se prépare, je profite d’un bain sur la plage de rêve où on ne veut pas de mes copines poilues.

Je reviens et j’attends avec elles dans le camping-car avec un ventilo.

Mad world !