Le vent souffle en sud ouest et la mer est encore démontée à Cala Galadena. Nous décidons de nous rendre côté nord pour être à l’abri du vent et c’est Fornells qui retient notre attention. Quelle belle surprise ! Nous stationnons sur le port (c’est gratuit soit dit en passant), et traversons les rues du village dont les maisons sont toutes blanches et les rues sont d’une propreté remarquable, comme tout le reste de l’île d’ailleurs. Fornells a un petit air de Stes Maries-de-la-Mer. Nous entrons dans l’église, par curiosité, et l’architecture et la décoration sont inattendues et nous plaisent. En haut du village, un chemin de terre nous mène au point de vue et à la Tour de Fornells qui défendait cette côte autrefois. La visite de la tour est gratuite le lundi, c’est notre jour de chance. La visite vaut le détour pour l’originalité de l’escalier de pierre étroit en colimaçon qui mène au sommet qui offre une vue superbe sur la nature environnante partagé entre une cote découpée et la mer.

Nous reprenons la route en direction de la plage. L’eau est froide et je m’arrête au dessus du genou, pour finir échouée sur ma serviette pour une bonne petite sieste.

Nous décidons de rejoindre le phare de Cavalleria mais la route fermée nous fait retourner vers le parking de la plage du même nom. Olivier décide de rester au parking et je pars à la découverte d’un joyaux : des plages entourées de garrigue et de chemins rouges, de cotes escarpées, un vrai paysage de film, c’est presque irréel tellement c’est pure et beau.

Il est possible que Fournel nous revoit avant la fin de notre séjour.