Turqueta est une très jolie plage située au bout d’un sentier à travers les pins, parfois traversé par des chèvres (de belle taille, j’ai cru que c’était un cheval).

L’eau y est si belle… que je m’y suis baignée, pourtant ça caillait, dans une eau à 17 degrés. On devrait me décerner la palme de la cryothérapie en plein air.

Un peu trop de monde à mon goût, étonnamment, presque que des Français alors qu’on en voit jamais ailleurs sur l’île, à croire qu’ils sont là et pas ailleurs.

Pourvue que ce genre de plage reste ce qu’elle est, un petit trésor préservé d’infrastructures. Parce que oui, j’avais oublié de le dire, à proximité des plages de Minorque, il n’y a pas d’infrastructures, donc citadins en manque de béton s’abstenir. Gros crados aussi, abstenez-vous de venir, car ici, la nature n’a pas besoin qu’on la souille. Les minorquins en prennent soin, et c’est un pari assez réussi.