Pendant le séjour à Minorque, il m’est arrivé de prendre ma guitare et d’aller jouer en regardant la mer. Je me choisis en général un endroit où personne ne sera tenté de s’approcher. Dans ce contexte là, pas envie de chanter pour qui que ce soit, juste pour moi, pour le plaisir que ça procure de passer un moment avec ma vieille guitare. C’est une Gianini, une brésilienne folk, je l’ai achetée avec mes sous quand j’avais 12 ans, et elle sonne toujours très bien.

Donc en quittant le Cami des Cavalls et en crapahutant sur quelques cailloux peu carrossables, j’arrive à me percher hors d’atteinte. J’autorise les goélands à faire les choeurs parce que c’est chez eux.

Un petit moment privilégié.